( 22 janvier, 2014 )

Ode à mes Enfants

Ode à mes enfants

 

Je suis une

De ces filles qui ne sentent femmes qu’en étant mères

Une de celles

Pour qui le monde ne trouve d’égal que dans vos yeux.

Une de celles

Capables de verser des millions de pétales de rose

Dans les tranchées de vos peines.

Une de celles

Qui aimeraient vous voir grandir et vieillir indéfiniment,

A l’éternel!

 

Chaque fois que vous êtes fatigués,

Venez frapper à la porte de mon ventre, vous y serez toujours les bienvenus!

Chaque fois que vous avez du chagrin,

J’emmailloterai vos cœurs dans ce duvet de coton que l’on m’a moi aussi offert!

 

Mes Tout-Petits,

Mes doux bébés,

 

 

Je suis la Présidente de ma République,

Ministre du Bonheur, du Budget, de l’Intérieur, 

Tantôt Médecin, tantôt Diplomate,

Négociatrice et Avocate,

Parfois Instit’ ou Psychologue,

Cuisinière et Lingère,

Femme de Ménage par ci,

Agent de Police par là,

Puéricultrice il est certain…

Je suis un peu de tous ces métiers à la fois,

Mais si il faut en choisir un,

« Votre Maman » me convient!

( 13 janvier, 2014 )

Parce que Quand ça… Ca va!

Faut le dire aussi!

Eh ben Oui, parfois Ca va!

Ca se passe bien!

C’est cool!

Rien à redire, ni à l’un, ni à l’autre!

C’est le pied!

Le panard!

Ca baigne!

Aucun pleurs, aucun cris, pas besoin d’élever la voix,

de froncer les sourcils, pas besoin de punitions!

Juste bon ces moments!

A l’aise quoi…

Purée, ça fait du bien!

Tranquille!

Le calme plat, absolu…

zen

POUR COMBIEN DE TEMPS?

Ca, on ne sait pas,

personne ne sait…

Mais tant que c’est là,

On en profite,

On fait durer le plaisir,

aussi court soit il,

et on kiffe,

on like that,

on Adorrrrrrrrrreeeeee!

Et on essaie de s’en souvenir au prochain ouragan!!!

ouragan

( 10 janvier, 2014 )

Madame Dolto si vous m’entendez…?

Conversation quasi surnaturelle entre une mère (moi même) et son fils âgé de 4 ans que l’on appellera volontairement Mowgli …

Mowgli est debout sur le petit pot de son frère qui lui sert aussi de marche-pied – devant le lavabo, Mowgli se brosse les dents sous la haute-vigilance de sa maman – lorsqu’il décide d’amener une conversation tout à fait normale, banale, et pas du tout surréaliste:

Mowgli :  » Ben moi, je serjamais amoureux!

Moi: Ah bon?

- Non, je veux pas c’est tout.

-  Oh tu sais, tu dis ça maintenant mais un jour tu seras amoureux. Tout le monde est amoureux un jour où l’autre.

- Ben alors je serune Esseption.

-  Ah d’accord, ben pourquoi pas. On verra bien…

Mowgli repositionne la brosse à dents dans sa bouche, frotte, plus ou moins fort, et reprend après quelques secondes de réflexion:

Mowgli: Ou alors, que pour faire des bébés.

Moi: Ah ça marche pas comme ça, il faut être amoureux pour faire des bébés avec les dames!

- Ah bon? Mais pas besoin d’être amoureux pour faire des bébés tout seul alors.

- On fait pas de bébés tout seul Mowgli.

- Moumoutte (attendez petit frère) il était que dans ton ventre, pas dans celui de papa en même temps.

- Mouais… Ca devient compliqué pour toi là…

- C’est toi qui comprends rien Maman!

Aïe, un tantinet dépassée par la tournure que prend cette « explica-conversation » – je décide d’en changer.

Moi: Et sinon, tu me racontes pas ce que tu fais à l’école, tu me dis toujours: « Je travaille », ça veux dire quoi?

 Mowgli: Ben je travaille, tu fais pas beaucoup de travail toi, sinon tu saurais!

- Ohhhhhhhh…

- Je rigole! Ben y’a N… c’est ma copine des fois.

- Des fois? Pas tout le temps?

- Non. Quand elle joue avec moi ça va, mais quand je lui que je suis amoureux d’elle (imaginez ma tête…) elle me dit qu’elle est trop petite pour avoir un bébé de moi! »

Chien

 

 

( 9 janvier, 2014 )

Type de Contrat: CDI – Lieu: At Home!

Un petit article qui devrait en faire réagir plus d’un… Juste histoire de prendre la parole et de soutenir les Mamounettes au foyer!!!

Que ça soit par choix ou temporairement, le temps de retrouver un travail, de faire une pause professionnelle pour prendre le temps d’élever ses enfants; chaque maman s’y reconnaîtra…

Pas toujours facile au quotidien: le regard des autres, le regard de son propre mari, la perception que l’on a de nous n’est pas vraiment respectée et honorée en tant que telle.

Il est important pour moi de mettre des mots sur mon ressenti personnel:

Dévouée, Aimante, Organisée, Dynamique mais trop souvent incomprise, jugée et seule face à ce statut!

Il est encore difficile dans notre société d’oser penser qu’une femme au foyer, qui s’affaire du matin au soir et du soir au matin à mettre en ordre une maison, la tenir propre, laver le linge de sa petite tribue, dépoussiérer les meubles, trier les affaires de chacun et chacune, préparer à manger 2 fois par jour, surveiller les enfants, les éduquer, les enrichir, les faire progresser, les divertir, les laver, les soigner, prendre soin de son mari (qui peut être parfois – ou trop souvent – considéré comme un enfant) , faire les courses, apaiser, consoler, gronder… PUISSE RÉELLEMENT FAIRE QUELQUE CHOSE DE SA VIE!  Il n’existe aucun RTT, aucun congés, les années sabbatiques sont dénuées de sans, les congés sans soldes impensables!  etc… liste non exhaustive bien sur…

Vous me direz: « Mais une maman qui travaille fait la même chose une fois chez elle »! Et les papas aussi!

Et vous aurez raison! Je ne démens en aucun cette vérité.

L’exception est dans l’énoncé: « Une fois rentrée chez elle ». Il est donc question d’une coupure, de moments d’absences, de séparations entre la maman et ses enfants! Un temps échappatoire qui permettent à l’un et à l’autre de penser à autre chose, à quelqu’un d’autre, à soit…

Pour la maman au foyer, aucune coupure, aucun relâchement.

Je ne veux pas faire l’éloge des mamans au foyer, simplement dire, par vécu, qu’elle N’EN FAIT PAS MOINS QU’UNE AUTRE, OU QU’UN AUTRE sous prétexte qu’elle ne rend pas service à l’Etat ou à  une entreprise en contre-partie d’un salaire!

Aucune fainéantise, aucune mauvaise volonté, aucun poil dans la main de notre part! 

Tandis que certaines en ont fait leur raison de vivre, d’autres attendent et cherchent un emploi.

Mais toute Maman au foyer investit son temps de vie, immobilise son cœur, balaye le profit si ce n’est celui du bonheur de pouvoir se donner, corps et âmes,  à une micro-entreprise familiale qui, grâce à elle, ne connait pas la crise!

maman

( 5 janvier, 2014 )

Quand l’élève dépasse le maître!

 

Laurel et Hardy

« Petit mais Costaud »

Qui l’eu cru? On dit souvent qu’un deuxième enfant apprend de son aîné; le regarde faire; l’imite. En analysant quotidiennement les progrès de mes petits enfants sauvages, je remarque

que le petit se sert très souvent de son statut de cadet pour rivaliser et faire mieux (ou du moins, plus) que son aîné.

Malin, doté d’un surplus de motricité, réactif et téméraire; l’élève dépasse le maître – qui en est

trop souvent le dindon de la farce!

Le premier, calme, prudent et craintif, ne s’aventure pas (ou rarement) à faire des cabrioles qui lui

vaudraient des bleus en plus. Peureux, honnête et loyal, il sait ce qui est bien ou mal, permis ou interdit

et en aucun cas en abuserait! (si ce n’est pour faire enrager sa chère et tendre mère par ci par là)

Le petit, absolument  dépassé et inintéressé par la peine que peut ressentir l’autre, d’un je m’en foutisme

puérile et revendiqué; sournois – il ne cache pas pour faire ses bêtises, ne craint ni la réprimande

ni la sanction! Un vaillant et fourbe soldat!

Difficile alors de faire la part des choses – d’équilibrer le jugement! Tantôt victime, Théophile

sait à qui le rapporter, tantôt agresseur, il joue du mutisme de son frangin pour le faire accuser…

Un cercle vicieux, sans fin, dans lequel ils peuvent être solidaires à en crever pour que leur mère

devienne, tantôt chèvre, tantôt bourrique!

 Bourvil- de funès

( 3 janvier, 2014 )

Les résolutions 2014…

2014 vient de débuter et avec elle, ses fameuses « BONNES RESOLUTIONS » !

Increvables celles-ci, et pourtant si éphémères!

Alors avant de me lancer dans de savants discours ou avant même de faire des promesses

(bien éphémères elles aussi d’ailleurs) – j’ai voulu connaître les différents sens du mot

« résolutions » – et voici ce qu’il en sort :

1. Annulation d’un contrat

2. Fait de solutionner un problème

3. Décision ferme

4. Disparition d’une inflammation

Bon, avec ça… Analysons la situation. Si j’en crois la première définition, il me semblerait

astucieux d’annuler toutes les résolutions précédentes. La deuxième, est plus tordue, car 

elle pose elle-même un problème de réflexion pour lequel  je n’ai pas du tout envie de m’investir.

La 3ème me parait logique et évidente – ma préférée assurément! : Je prends la ferme décision

de ne pas prendre de résolutions ; et ainsi, de ne pas les tenir. Enfin, la dernière définition ne 

peut prendre réellement son sens dans ce cas précis que si l’on a envie d’y voir une métaphore

pompeuse et sournoise – une imagination débordante en effet laisserait apparaître un lien entre

l’envie de voir disparaître les blessures  mentales du passé de 2013 et d’envisager ainsi une 

guérison en 2014…. BLABLABLA!

En fin de compte, ce n’est pas à nous de se repentir, mais bel et bien au quotidien. C’est à lui seul

de nous offrir des jours plus doux, moins sombres, des heures et  des minutes d’espoir qui nous 

feraient croire que l’on peut réellement devenir  meilleur, des secondes de passions, de joies de 

vivre, de découvertes, de partage et de cette infinité de petits choses qui nous font être des personnes

résolument résolues!

A bon entendeur, bons et heureux 365 jours à venir!  

 

( 24 décembre, 2013 )

Théophile et Elias, ou les enfants Sauvages!

C’est la toute première fois que je peux  me rendre compte à quel point ce jour du

24 décembre est finalement: INSUPPORTABLE!

Vite qu’il arrive ce Père Noël, et qu’on n’en parle plus!

Levé 6 h 00 pour le petit Sherkan

sherkan

 et une demi-heure de répit pour Mowgli …

Mowgli

Tout cela sans compter le « Maman, j’ai envie de Caca » à 22h45 – le « Maman, j’arrive pas à mal

dormir! » ??? – le « Maman, j’ai envie de pipi » deux minutes plus tard…

Enfin bref! Si le petit déjeuner ne s’était pas déroulé dans un brouhaha rocambolesque; si la

matinée s’était passée simplement, sobrement, sans ces 6 chutes sur la tête, sans ces pleurs,

sans ces cris… Tout ça aurait pu être acceptable, voire reposant!

A part ça? Une check-liste interminable, dont on ne viendra jamais à bout certainement;

une sieste chaotique, et une bonne heure de route qui nous permettra surement de …

s’énerver un peu plus!

Zen

Allez, ne perdons pas patiente, cette journée n’est guère plus longue que toutes les autres!

Ce soir, quand tout sera derrière nous, 

La Magie de Noël, la Joie de mes enfants, leurs sourires, 

devraient probablement suffire à effacer ces déconvenues ! 

Vous souhaitant au passage, un JOYEUX NOËL à toutes et à tous!

Noel

BelleIsa Delajungle!

( 23 décembre, 2013 )

Plus qu’un seul chocolat dans le calendrier…

Si le Grand petit d’Homme est bien pressé de découvrir les paquets en dessous du sapin

demain soir… Le petit Sherkan, lui, à plutôt l’air de se soucier exclusivement de son estomac…

Pour un glouton pareil, le 24 décembre risque fort de ressembler au Sahel gastrique! 

Du haut de ses 3 pommes et de ses 16 mois tout juste révolus; Sherkan a su ce midi manifester 

sa stupéfaction et son indignation en découvrant – au moment du dessert – une passoire

à la place de l’élégant calendrier de l’avent; inauguré 23 jours plus tôt; et choisit avec soin 

par son grand frère…

Redoutant le pire, j’ai d’ores et déjà prévenu les autres membres de la tribu caquetante qu’à 

compter du 25 , plus aucun mot ayant rapport avec les friandises (cacaotées ou non) ; 

le sapin (boules, guirlandes, crèche, lumières…) ; les mots Père Noël , cadeaux, fêtes, bref!

Tout ce qui serait suceptible de faire penser au chocolat et saliver Mr Glouton – seront

interdites et reconduites à la frontière du palier de porte! 

Vous souhaitant tout de même un Joyeux N…! 

 

 

( 23 décembre, 2013 )

Présentation!

Salut c’est moi BelleIsa Delajungle.

Elias et Maman
Je fais partie d’une famille ordinaire. Voici mon mari

Toony

, mon fils

Donnie

et mon autre fils.

Elias 3 (2)

Voici Tintin, le poisson rouge que nous avons adopté

Tintin

; et Doudou

Doudou

et le Z’âne ,

Le Z'âne

qui nous

ont adopté!

Et là, ce que vous voyez, c’est notre cabane.

Savane

Parce que depuis chez nous, nous voyageons dans le monde entier.

En fait, mon grand fils a une passion : c’est la nature, et nous, on le suit dans toutes

ces aventures.
Bon, c’est vrai, on  n’est pas une famille comme les autres.

Un jour, dans mon ventre, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire.
Depuis, j’ai le pouvoir de parler aux enfants.
C’est formidable ! Mais c’est top secret !

Et vous savez quoi ? Ma vie n’est plus du tout la même.

|